Une journée sans Facebook en 2020, possible ?

Le 28 février, c'est la journée mondiale sans Facebook. Est-il encore possible de vivre sans réseaux sociaux en 2020 ? Un rapport sur le temps passé sur ce réseau ici.

2

Qui est à l’origine de cette journée ?

La « parentalité » de cette initiative est un peu difficile à identifier, et le groupe Facebook lié à leur cause est aujourd’hui vide et suscite peu d’évènement ou d’engagement.

Pourtant, quand on sait que le réseau a dépassé les 2 milliards d’utilisateurs actifs mensuellement dans le monde, cela donne un bon nombre de cibles potentielles pour élargir le mouvement.

Facebook est toujours classé au premier rang des réseaux sociaux les plus utilisés, malgré les scandales qu’il a connus ces derniers temps.

Une journée sans Facebook en 2020, possible ? 3
Sur le groupe, un peu abandonné, de la journée mondiale sans Facebook, depuis 2010, la question n’a, on dirait, pas encore trouvé sa réponse.

Pourquoi une telle initiative ?

Au départ, les promoteurs de la journée sans Facebook souhaitaient d’une part lutter contre la cyber dépendance, d’autre part amener sur la table la question de la sécurité et de l’importance de la protection de ses données privées.

Lutter contre l’addiction et la cyber dépendance

Selon le dernier rapport publié par We Are Social et Hootsuite, que je vous invite à aller lire, le temps passé sur les médias sociaux a augmenté de 1 minute cette année et serait passé à 2h16 par jour.

1 minute, cela semble peu, mais notez que depuis 2014, ce sont en tout 40 minutes supplémentaires que les utilisateurs passent sur les médias sociaux.

Une journée sans Facebook en 2020, possible ? 4
Extrait du rapport digital annuel publié par We Are Social et Hootsuite qui analyse les dernières tendances internationales du digital, du social media, du mobile et du e-commerce.

Lutter contre la publicité

Que l’on soit pour ou contre le principe, c’est en s’appuyant, entre autres, sur nos préférences (les « like » par exemple), que Facebook nous montre des publicités personnalisées.

Ce réseau social n’est pas le seul à le faire, et l’accord que nous avons donné lorsque nous avons coché la case dans les conditions générales permet à des services comme celui-là de se servir de nos données allègrement.

Il existe des moyens pour limiter le nombre de publicités ciblées, à travers les paramètres et les configurations, malgré cela, Facebook peut toujours nous analyser.

Protéger ses données personnelles

Il faut donc au maximum être vigilant avec tout ce que l’on partage sur Internet en général, sur tous les réseaux sociaux, tous les sites web que vous visitez, et avec lesquels vous interagissez ou même ceux que vous possédez.

Plus de Facebook du tout pour aujourd’hui donc ?

Alors, pourquoi ne pas pratiquer la digital détox ?

S’il est impossible de savoir ce qu’il se passerait si les gens fermaient Facebook pour une journée, il est intéressant de se rappeler qu’une déconnexion complète et hebdomadaire ( la fameuse digital détox ) apporte de nombreux bienfaits pour la santé mentale et physique. Et ce concept fera l’objet d’un nouvel article. 😉


Illustration entête article: Photo by rawpixel.com from Pexels

Fallait-il une journée mondiale pour se rappeler des comportements évidents à adopter face à tous ces écrans ?

Si ce contenu vous a plu, laissez-moi un clap 😉

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This

Partager cet article

Partage cet article avec tes amis !